Ce mardi, aux alentours de 19 heures (heure française), alors qu’il occupait la tête de The Transat bakerly et progressait au portant dans une mer désordonnée et 25 à 28 nœuds de vent de nord-est, à une soixantaine de milles au large du Cap Finisterre, Erwan Le Roux a constaté la casse son flotteur bâbord.

« J’étais sous ORC, avec deux ris dans la grand voile. Il y a eu un premier gros choc. Je n’ai pas vu ce qui s’est passé car j’étais sous la caquette. Après ça, je suis parti au tas comme si j’allais chavirer. Il a fallu que j’intervienne tout de suite. Je suis allé rouler le gennaker et c’est là que je me suis rendu-compte qu’il manquait à peu près la moitié de la partie du flotteur située entre le bras avant et l’étrave », a indiqué le skipper du Multi50 FenêtréA-Cardinal, forcément extrêmement déçu. « C’est hyper, hyper dur. Frustrant aussi. J’ai mal et mal pour le bateau », a ajouté le triple vainqueur de la Transat Jacques Vabre (2009, 2013 et 2015) et de la Route du Rhum Destination Guadeloupe (2014), qui fait actuellement route au près, bâbord amure, plein est, pour rejoindre un port qui reste, pour l’heure, à définir. « Nous avons essayé plusieurs solutions et il se trouve que le près est l’allure qui endommage le moins le bateau », a détaillé Erwan qui devrait passer au nord du DTS (Dispositif de Séparation de Trafic) du cap Finisterre et rejoindre un port dans le sud de La Corogne d’ici 20 à 24 heures. Par ailleurs, deux membres de son équipe technique, Adam Currier et Clément Bouyssou, ont quitté la Trinité-sur-Mer sur les coups de 22 heures, en camion, pour venir lui prêter main forte un fois à terre.

Ce mardi, aux alentours de 19 heures (heure française), alors qu’il occupait la tête de The Transat bakerly et progressait au portant dans 25-27 nœuds de vent de nord-est à une soixantaine de milles au large du Cap Finisterre, Erwan Le Roux a cassé son flotteur bâbord.
Le skipper de FenêtréA-Cardinal a alors sécurisé son bateau avant de prévenir son équipe à terre. A présent, il fait cap au 135° à allure réduite et est en lien avec Jean-Yves Bernot, son routeur, afin de trouver le meilleur point d’atterrissage entre le Portugal ou l’Espagne. Plus d’informations à venir dès que possible.